Saint-Germain-des-Prés

L’Académie française, le théâtre de l’Odéon, les Beaux-Arts, le musée d’Orsay... bienvenue dans le Paris artiste !

Bienvenue rive gauche, Babylone des belles choses. Feuilletez un magazine de mode ou une revue d’art sur papier glacé : cette petite terre d’élégance y sème nonchalamment ses adresses de couturiers chic et choc, de galeries, d’antiquaires, de cafés littéraires, de maisons d’édition bardées de prix.
 
Rien d’étonnant puisque les muses lui ont donné tour à tour l'Académie française, le théâtre de l’Odéon, les Beaux-Arts, le musée d’Orsay... et qu’elles ont fait du Montparnasse des Années folles le point d’ancrage des artistes du monde entier, avant de les attirer du côté de Saint-Germain.
 
Alors attendez-vous à des rencontres ! Partout l’art déborde du seuil des ateliers-musées et des boutiques. C’est le Centaure de César sur le carrefour de la Croix-Rouge, ce sont les ferronneries XVIIe siècle des maisons, rues de Buci et Saint-André-des-Arts, c’est la fontaine des Quatre-Parties du monde, avenue de l’Observatoire. Et si la ville vous étourdit, mettez-vous au vert dans les jardins du Luxembourg, de Montsouris, Georges-Brassens ou Atlantique.

1 Musée d’Orsay

Musée d'Orsay, Paris © OTCP - David Lefranc

Promise à la démolition en 1970, la gare d'Orsay est sauvée de justesse puis classée et protégée. Ses immenses volumes sont transformés en un musée qui sublime sa marquise, sa nef et ses coupoles, ses piliers et poutres de fonte, ses décors de stuc. Sur fond de verrière, l’immense horloge de l’allée centrale surplombe un parcours chronologique, enroulé sur trois niveaux principaux, au coeur de la création artistique occidentale, de 1848 à 1914. Peinture, sculpture, arts graphiques et objets d’art laissent aussi une place au mobilier, à l’architecture et à la photographie.

2 Notre Dame de la Médaille Miraculeuse

En 1830, la Vierge ordonne à Catherine Labouré, novice du couvent des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul, de frapper une médaille qui protègera ses porteurs. Les premiers miracles sont signalés quand le choléra ravage Paris. La médaille répand ses grâces à travers le monde, Catherine est canonisée, les pèlerins se pressent à la chapelle. Ce lieu de pèlerinage est exclusivement réservé à la prière : silence, pas de photo et tenue correcte exigée.

3 Eglise Saint-Sulpice

Eglise Saint Sulpice, Paris © Thinkstock

Cette église à la taille et la magnificence d’une cathédrale. Les travaux débutés au XVIIe siècle sur l’édifice d’origine du XIIIe et étalés sur 135 ans lui ont laissé des trésors de chaque époque: un chœur orné de statues de Bouchardon, une Vierge à l’Enfant et deux bénitiers en forme de coquilles sculptés par Pigalle, la chapelle des Saints-Anges dont les fresques occupèrent – épuisèrent ? – les dix dernières années de Delacroix. Un concentré d’histoire qui attire chaque année de nombreux pèlerins venus admirer ses trésors.

4 Saint Germain des Prés

Eglise Saint-Germain-des-Prés, Paris © OTCP - Amélie Dupont

Le quartier a pour frontières la Seine, le Luxembourg, le boulevard Saint Michel et la rue des Saints Pères. Il doit son nom à l’église dont les premières pierres datent de l’an 557 et les plus anciens vestiges encore visibles de l’an 1000 environ : un îlot d’éternité cerné par le swing des modes volages ! Dès les années vingt, la coterie des lettres et des arts gravite autour des cafés de Saint Germain. À la Libération, l’existentialisme y explose, emmené par Camus et Sartre, tandis que le jazz fait trembler les caves : Sidney Bechet à la clarinette, l’écrivain Boris Vian à la trompette… Cette époque appartient à la légende mais Saint Germain demeure un dédale de rues anciennes vouées à l’art, aux livres et à la mode.

5 Musée Eugène-Delacroix

Eugène Delacroix, La liberté guidant le peuple © Thinkstock

Comme Delacroix, vous traversez la si jolie, si petite place Fürstenberg. Vous poussez la porte de ce logement « décidément charmant », de l’avis même du peintre. Le portrait de Jenny Le Guillou, la gouvernante fidèle, côtoie La Madeleine dans le désert qui émerveilla Baudelaire. Du salon à l’atelier ouvrant sur le jardin, ce sont encore d’autres tableaux, des albums de voyage ou des cahiers d’écolier… couverts de croquis et de caricatures.

6 Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts

Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, Paris © ENSBA - Jacques Pépion

Seuls quelques élus étudient aux Beaux-Arts, mais tout curieux peut, sur rendez-vous, y enjamber des siècles d’architecture. Du XIXe – bâtiment des Loges, palais des Études, etc. –, on passe à l’hôtel de Chimay, éventail des XVIIe et XVIIIe siècles. Ainsi paré pour le meilleur, on aborde la chapelle des Louanges. Ses répliques d’œuvres de Michel-Ange se lovent sous le plus ancien dôme de Paris, dans les vestiges du couvent des Petits-Augustins, construit début XVIIe pour la reine Margot.

7 Institut de France

Institut de France, Paris © Thinkstock

L’Académie française, fondée par Richelieu en 1635, éclipse un peu ses petites soeurs Académies des inscriptions et des belles-lettres, des sciences, des beaux-arts, des sciences morales et politiques, ainsi que la bibliothèque Mazarine. Chacune loge pourtant autour de la célèbre coupole des immortels aux habits verts, dans un Institut voué au mécénat et à la promotion du patrimoine culturel.

8 Musée de la Monnaie

Paris, Musée de la Monnaie © OTCP - Amélie Dupont

Dans un opulent hôtel du XVIIIe siècle, 2 000 pièces de monnaie, 450 médailles et jetons ainsi qu’outils, archives, tableaux, gravures, vitraux et sculptures racontent l’histoire de France depuis la Renaissance à travers la chronique de ses deniers.

9 Odéon

Odéon - Théâtre de l'Europe - Théâtre de l'Odéon, façade, Paris © Thierry Depagne

Passants pressés ou nonchalants, circulation dense, lumières des cafés, devantures de lieux historiques, files ondulantes devant les cinémas… Tel est le décor du quartier de l'Odéon à toute heure. Un véritable centre de vie et de culture en plein cœur du Paris historique !

10 Musée Curie – Institut du radium

Institut du radium, Musée Curie - Paris © OTCP - DR

C’est ici, dans l’Institut du radium, que Marie Curie, sa fille et son gendre, Irène et Frédéric Joliot Curie, menèrent leurs travaux de recherche après le décès de Pierre Curie en 1906. Le laboratoire devenu musée retrace un pan de l’histoire des sciences lié à cette famille aux cinq prix Nobel.

11 Jardin du Luxembourg

Jardin du Luxembourg, Paris © Thinkstock

Les enfants l’adorent pour ses chevaux de bois, ses voiliers qu’on pousse avec une perche sur le grand bassin, ses cahutes de friandises, son théâtre de marionnettes, ses poneys… Certains y posent leur chevalet ou leur jeu d’échecs, d’autres leur rêverie, leur bloc-notes, leur ordinateur. Sur les chaises et chaises-longues en fer, on fait des siestes délicieuses aux pieds des dames de France qui forment une ronde de statues. Marie de Médicis aurait-elle imaginé si beau succès quand elle commanda palais et jardin ? La veuve d’Henri IV songeait alors à retrouver un peu de sa Florence natale. De la grotte à l’italienne qu’elle fit élever en 1630, reste encore la fontaine Médicis toute en niches et naïades. Le palais est devenu le siège du Sénat.

12 Musée Zadkine

Musée Zadkine

Ossip Zadkine vécut et travailla dans cette maisonatelier de 1928 à sa mort, en 1967. Les oeuvres exposées, tirées d’une collection de plus de 400 sculptures, retracent son parcours… et se confrontent à la modernité : via des artistes invités, l’atelier a retrouvé sa fonction première. Ici, on crée !

13 Tour Montparnasse

Quartier Montparnasse, Paris © Thinkstock

Ses 59 étages d’acier et de verre fumé, élevés en 1973, ont fait pousser des cris d’indignation. Mais on s’est habitué depuis à repérer la tour des quatre coins de Paris. Ses centaines de fenêtres éclairent la nuit et, du sommet de ses 210 mètres, on s’offre un point de vue inégalé… pas jusqu’à l’océan d’où arrivent les trains, tout de même.

14 Jardin Atlantique

Jardin Atlantique, Paris © OTCP - David Lefranc

Pour rester en altitude et goûter un peu l’air du large, le voyageur de Montparnasse grimpe au jardin Atlantique qui coiffe la gare. Oui, sur le toit ! Une prouesse architecturale aux sols ondulants comme les vagues et aux pins toujours verts, avec son bassin des Miroitements, sa fontaine de l’île des Hespérides, ses courts de tennis et ses fantastiques aires de jeux dédiées à l’océan.

15 Musée Bourdelle

Musée Bourdelle, Paris © OTCP - Marc Bertrand

A l’orée du XXe siècle, les ateliers se multiplient à Montparnasse. Celui d’Émile-Antoine Bourdelle réunit aujourd’hui 500 oeuvres sculptées en marbre, plâtre ou bronze, des toiles, des pastels… Du Centaure mourant du grand hall, on glisse à l’intimité de l’ancien appartement. Une galerie de brique longe les bronzes du jardin sur rue. L’exposition se poursuit dans les ateliers puis dans des salles où l’alchimie de l’oeuvre éclate sur fond de parois blanches. Elle se prolonge entre lierre et acacias d’un jardin intérieur où « le printemps rit et l’été brûle et le temps songe » écrivait le sculpteur

16 Mémorial de la Libération de Paris – Musée Jean Moulin

Memorial Leclerc, Paris © DR

Ici, l’action de deux figures emblématiques de la Seconde Guerre mondiale est retracée : l’un Français libre, l’autre résistant. Un mur d’images constitué d’archives audiovisuelles plonge le visiteur dans le Paris occupé, le Paris insurgé, enfin le Paris libéré.

17 Fondation Henri-Cartier-Bresson

Fondation Henri Cartier Bresson, Paris © DR

Œil du XXe siècle, Henri Cartier Bresson a saisi sur la pellicule l’Afrique coloniale, la guerre civile espagnole, la Libération de Paris, les dernières heures de Gandhi, la victoire des communistes chinois… Ses portraits ont immortalisé Camus, Faulkner, Mauriac et cent autres figures contemporaines. Dans un atelier des années dix la fondation déploie l’œuvre du photographe à travers tirages originaux, planches, dessins, etc., tout en s’ouvrant à d’autres artistes.

18 Cimetière du Montparnasse

Cimetière Montparnasse, Paris © OTCP - Daniel Thierry

Baudelaire repose non loin de son monument où se penche un génie du mal cerné de petits poèmes en prose laissés par des admirateurs. Depuis 1824, la nécropole du sud de Paris est un vert campo santo d’artistes et de gens de lettres : Bartholdi, César, Duras, Ionesco, Maupassant, Sartre et Beauvoir, Zadkine sont là. Gainsbourg, poinçonneur des Lilas, récolte des tickets de métro. Brancusi a déposé un Baiser cubiste et Niki de Saint Phalle un chat en mosaïque pour éclairer la tombe d’un ami. Mais le plus étonnant, les amateurs de pittoresque le découvriront sur la tombe des époux Charles Pigeon !

19 Fondation Cartier pour l’art contemporain

Fondation Cartier pour l'art contemporain, Paris © OTCP - Marc Bertrand

Sous les auspices d’un cèdre du Liban planté par Chateaubriand au XIXe siècle, l’arche de verre imaginée en reflets et transparences par Jean Nouvel renoue, depuis 1994, avec la tradition artistique du quartier. Derrière un écran de verre prolongeant la perspective du boulevard Raspail, le Theatrum Botanicum, jardin aux allures sauvages, entoure le bâtiment dont l’entrée s’orne d’un mur végétal. À l’intérieur, un espace d’acier finement tramé, léger et lumineux, invite la création contemporaine sous toutes ses formes à prendre possession des lieux.

20 Observatoire de Paris

Observatoire de Paris, Paris

« Il y va, Sire, de la gloire de votre Majesté », jurent les hommes de sciences à Louis XIV pour obtenir un observatoire astronomique. Huit ans plus tard, en 1672, l’édifice est achevé sur les plans de l’architecte Claude Perrault, frère du conteur. La visite guidée de la Lune, des phases de Vénus et des taches du Soleil se fait sur réservation et même de nuit à certaines dates.

21 Place Denfert-Rochereau et Catacombes

Les Catacombes, Paris © Thinkstock

A la croisée d’une constellation d’avenues, le lion en bronze de Bartholdi tourne son regard vers l’ouest pour ne pas froisser l’ennemi prussien combattu à Belfort en 1870. Sur le pourtour s’élèvent deux des impopulaires pavillons d’octroi qui ponctuaient le mur encerclant Paris jusqu’au XIXe siècle. À Denfert s’ouvre aussi la descente dans “l’empire de la mort” ou catacombes, ces méandres souterrains devenus dépôt ossuaire du cimetière des Innocents en 1785. Aux murailles de crânes et à la rotonde de tibias, les âmes sensibles préfèreront une escapade rue Daguerre et alentour, parmi la fine fleur des commerces coquets et des coins gourmands.

22 Parc Montsouris

Parc Montsouris © OTCP - Marc Bertrand

Comme son faux jumeau des Buttes-Chaumont, ce jardin paysager du second Empire s’inspire des parcs londoniens. Grotte, courbes et vallons artificiels font si bien illusion que même la mésange huppée et le serin cini s’y laissent prendre. Sur l’île, leurs nichoirs côtoient des tortues de Floride, des canards colverts – tête verte, bec jaune, collier blanc et plastron chocolat – et leurs compagnes, plus simplement brunâtres. Autour du lac : de vastes pelouses, des jeux, un ginkgo biloba et 1 399 autres arbres et même un observatoire météo.

23 Parc Georges-Brassens

Parc Georges Brassens, Paris © OTCP - Amélie Dupont

D’un glissement de tramway, vous allez de la Cité universitaire au parc Georges-Brassens pour de nouvelles aventures bucoliques parmi ruches, vigne de pinot noir, chèvrefeuille et jasmin du jardin des senteurs ; aventures ludiques, aussi, ping-pong, manège et promenades à dos de poneys, escalade ; aventures savantes également au marché des bouquinistes, chaque week-end, sous la halle aux chevaux des anciens abattoirs de Vaugirard.