Opéra - Grands Boulevards

L’Opéra Garnier, le Palais-Royal, la Madeleine, les grands boulevards… Promenade dans le Paris de la Belle Époque

Ses atours scintillants sont brodés d’or, de marbre et de cristal. Admirez le dôme de l’Opéra, la rue Royale et la rue de la Paix, les tailleurs anglais, les salons de thé, les hôtels étoilés, les grooms, les diamants de la place Vendôme, les jardins du Palais-Royal.
Quand la Comédie-Française joue à deux pas, chaque boutique se met en scène : boîte à bonbons ou à musique, cabinet tendu de soie ou savant fouillis de maroquins patinés et de gravures anciennes… On dit qu’il s’en passa de belles sous ces arcades élégantes où filent les trottinettes. C’est vrai. Et que les danseuses de l’Opéra auraient ruiné bien des messieurs. Ça n’est pas faux.
  
Et les grands boulevards, alors ? Ne sont-il pas étourdissants, ces music-halls, ces cafés-théâtres, ce flot de spectacles à l’esprit gouailleur ? Si si, comme les grands magasins qui enluminent le boulevard Haussmann : le grand chic et une pincée de poudre aux yeux. Tout paraît tellement plus raffiné sous les vitraux Art nouveau de leurs coupoles ! La Belle Époque, c’est tout cela, et dans ce Paris-là, elle dure encore.

1 Comédie-Française

Comédie Française, Paris © OTCP - Amélie Dupont

Voilà deux mots qui inspirent le respect : la Comédie-Française. Eh bien vous y êtes ! C’est le théâtre où les comédiens « du Français » jouent. Et c’est là, à l’angle du Palais-Royal, que sa troupe permanente, issue de la réunion des troupes de Molière et de l’hôtel de Bourgogne en 1680, déclame le répertoire français depuis la fin du XVIIIe siècle. Candélabres et bustes des grands auteurs vous escortent jusqu’aux portes capitonnées de la salle rouge et or. Chut !

2 Palais-Royal

Palais Royal, les colonnes de Buren, Paris © OTCP - Jordane Blachas

Richelieu ouvre la saga en y érigeant sa demeure, Louis XIV en hérite et la donne à son frère. Philippe d’Orléans et son fils l’agrandissent. En 1780, Philippe Égalité, endetté, ouvre le pourtour des jardins au commerce : soixante bâtisses soutenues d’arcades sont construites pour abriter des boutiques. Prostitution, jeu et scandales s’emparent du palais. Et comme la police n’y est pas autorisée, il devient un bastion d’agitation révolutionnaire jusqu’en 1793. Assagi, le Palais-Royal héberge aujourd’hui le ministère de la Culture et plusieurs institutions, des boutiques très chics, des soupers très fins et un jardin planté de quatre rangées de tilleuls. Assagi… mais point tout à fait sage : les rayures des colonnes de Buren ont bien failli y rallumer la révolution en 1986.

3 Place des Victoires

Place des Victoires, Paris © OTCP - Claire Pignol

Avant d’être dévolu au culte de la mode et des créateurs du quartier, ce cercle presque parfait avait été imaginé par un riche marquis pour rendre hommage au roi Louis XIV.

4 Bourse de Paris – palais Brongniart

La Palais Brongniart, Paris © OTCP - Marc Bertrand

En 1987, après plus de 150 ans de brouhaha, les cris des agents de change se sont tus sous la coupole du palais Brongniart. La Bourse s’est muée en système informatique, et son temple néoclassique ceinturé de colonnes ouvre aujourd’hui son hall de marbre et sa nef décorée de boiseries et de fresques aux curieux. Autour de la fameuse corbeille, des boxes vitrés et un tableau noir des valeurs restituent l’ambiance des cotations à la criée.

5 Bibliothèque nationale – site Richelieu

BNF Site Richelieu, Paris © OTCP - Magalie Corouge

Pimpante, studieuse et souriante, elle accueille des expositions temporaires dans sa crypte et dans les magnifiques galeries Mazarine et Mansart. Elle conserve les départements des Manuscrits, Cartes et plans, Musique, Estampes et photographie, Arts du spectacle, Monnaie, médailles et antiques. Qu’on se rassure, la vénérable institution, née aux temps lointains de Charles V et déployée sur le site Richelieu depuis 1721, conserve aussi ses trésors : le trône de Dagobert, l’éventail de Diane de Poitiers, les neuf coupoles de faïence émaillée de sa grande salle de lecture.

6 Passages couverts

Passage des Princes, Paris © OTCP - David Lefranc

Dès 1852, Haussmann redessine Paris. Terrasses et théâtres des boulevards tournent à plein, on perce des passages, la foule s’engouffre. Sous les verrières éclosent des magasins de chinoiseries, curiosités et fantaisie, des maisons de thé, chocolat et café. Les “aquariums humains” d’Aragon sont encore des traversées insolites aux boutiques encadrées de boiseries : grâce feutrée et créations pétillantes passage Vivienne ou du Grand-Cerf ; pacotille et fantôme de Céline passage Choiseul ; marbre, art et connaissance galeries Véro-Dodat et Colbert ; estampes, photos sépia et jouets anciens passages Verdeau et Jouffroy ; bazar kitsch aux Panoramas…

7 Place Vendôme

Place Vendôme, Paris © OTCP - David Lefranc

Joyau de l’urbanisme classique et symbole du pouvoir absolu, la place Vendôme a toujours incarné l’élégance et la richesse. Depuis le second Empire, le luxe a supplanté la politique : les grands noms de la joaillerie y ont tous ouvert leur boutique et offrent aux visiteurs des vitrines précieusement achalandées, pour leur plus grand bonheur !

8 Musée Maxim’s

Musée Maxim's, Paris © DR

Le Maxim’s de 1900 était chic et décadent. Au-dessus du restaurant se lovaient les courtisanes de la Belle Époque dans les alcôves reconstituées par la collection Art nouveau de Pierre Cardin. Des tableaux canaille aux lampes Tiffany, de la table dressée pour un souper intime au lit sculpté par Majorelle, bruisse le froufrou des jupons de la belle Otéro.

9 Place de la Madeleine

L'Eglise de la Madeleine, Paris © OTCP - Marc Verhille

Entourant la célèbre église éponyme, la place de la Madeleine est réputée pour ses boutiques de luxe et ses comptoirs d’épicerie fine. De nombreux restaurants historiques et huppés y ont pignon sur rue et offrent une vue imprenable sur l’imposant monument.

10 Eglise de la Madeleine

L'Eglise de la Madeleine, Paris © OTCP - Amélie Dupont

Achevée en 1842, l’église de la Madeleine tient du temple grec : ni clocher ni croix extérieurs, mais deux portes monumentales et une forêt de colonnes corinthiennes. Du haut des marches, la perspective est digne de l’Olympe !

11 Palais Garnier – Opéra national de Paris

Opéra national de Paris © OTCP - David Lefranc

Il incarne le faste du second Empire mais fut inauguré sous la IIIe République, après quinze ans de péripéties, dont la découverte, cauchemardesque pour l’architecte Charles Garnier, d’une nappe d’eau souterraine. Ce lac des profondeurs, théâtre d’exécutions durant la Commune, inspira le Fantôme de l’Opéra au romancier Gaston Leroux. Entrons : sous un plafond peint par Chagall et un lustre de cristal de huit tonnes, les fauteuils de velours pourpre de la salle à l'italienne encadrent une scène que se partagent œuvres lyriques et ballets. Les foyers et l’escalier d’apparat qui conduisent à la salle ne sont que marbre et sculptures, où harpes et lyres mènent la danse.

12 Musée du parfum Fragonard

Nouveau musée du parfum Fragonard, Paris © OTCP - DR

Ce musée distille du rêve en alambics, en coffrets sur coiffeuse de marbre, en écrins d’opaline, de verre de Murano ou de cristal de Bohême. Les notes de musc, les zestes d’ambre, les fragrances épicées d’iris, poudrées d’anis et d’oeillet peuvent bien s’évaporer : demeurent les parures de toilette en pâte de couleur, les flacons de cristal à chaînette d’argent, les vaporisateurs sertis d’étain et leurs pompons de soie.

13 Paris Story

Paris Story © OTCP - DR

Prenez un musée du multimédia où Victor Hugo vous fait revivre l’histoire de Paris, ajoutez une maquette interactive “Paris-miniature” et “Paris expérience” ainsi que des vidéos thématiques projetées sur un écran 3D révolutionnaire : 2 000 ans d’histoire de la capitale s’offrent à vous.

14 Musée Grévin

Musée Grévin, Paris © OTCP - Amélie Dupont

Chaque nouveau venu est élu par un jury de journalistes. Ensuite : séance de pose, moulage de cire, maquillage, création du costume et des accessoires. Depuis 1882, le musée met en cire et en scène les grandes figures de l’Histoire et les étoiles du sport, des arts, des sciences et de la politique. 250 personnages ! Jimi Hendrix, Einstein, Mozart et Louis XIV réunis sous le même toit… improbable mais vrai !

15 Grand Rex – Les Étoiles du Rex

Salle Panoramique du Grand Rex, Paris © DR

Né en 1932 sur les grands boulevards, le Grand Rex, classé monument historique, est l’une des plus grandes salles de cinéma d’Europe avec ses 2 800 places sous un plafond étoilé, son décor baroque méditerranéen et sa façade Arts déco. Le parcours-spectacle interactif de 50 minutes des Étoiles du Rex dévoile, quant à lui, les coulisses du 7e art, du tournage à la projection : images d’archives, salle des effets spéciaux, studio des bruitages, cabine de projection…