Champs-Elysées et alentours

La célèbre avenue des Champs-Elysées est le lieu incontournable du shopping et de monuments prestigieux

Située à deux pas de la majestueuse tour de Gustave Eiffel, l’avenue des Champs-Elysées confirme chaque année davantage son statut de plus belle avenue du monde. Entre l’Arc de triomphe et la Place de la Concorde se côtoient les enseignes de luxe, les restaurants les plus en vue, les palaces, les lieux de sortie prestigieux (Lido, Queen, Théâtre des Champs-Elysées…), les musées et monuments les plus visités (Arc de triomphe, Grand Palais…).

1 Arc de triomphe

Arc de Triomphe, Paris © OTCP - Angélique Clément

Dominant les Champs-Élysées, dans l’axe de la grande perspective allant du Carrousel du Louvre à la Défense, trône l’arc de Triomphe. Commandé en 1806 par Napoléon pour célébrer les victoires de sa Grande Armée, il est achevé en 1836. Ses mensurations colossales – 50 mètres de haut, 45 de large – se prêtent aux grands de la sculpture : Cortot, Étex et surtout Rude et sa célèbre Marseillaise. Déjà « monceau de gloire » pour Victor Hugo, l’Arc s’affirme en symbole national. Une flamme ravivée chaque soir à 18h30 et l’inscription “Ici repose un soldat français mort pour la patrie” signalent depuis 1921 la tombe du Soldat inconnu.

2 Champs-Élysées

Illuminations de Noël, avenue des Champs Elysées, Paris © OTCP - Angélique Clément

Entre l'Étoile et la Concorde, c’est la portion emblématique d’une perspective s'étirant de la pyramide du Louvre jusqu’à la Défense. Son essor commence en 1900, quand le luxe s’empare de l’ouest de la capitale. L’avenue se pare alors de palaces prestigieux, de palais de l’auto, de terrasses et de cinémas, aujourd’hui rejoints par des enseignes de prêt-à-porter et des showrooms high-tech. Tout se trouve sur les Champs, temple incontournable du shopping et des loisirs : films, robes, lunchs, coton et compresses, voitures de course, yaourts et légumes frais, livres, disques, parfums… de l'aube au crépuscule, parfois 24h sur 24, souvent 7 jours sur 7.

3 Palais de la Découverte

Palais de la Découverte, Paris © EPPDCSI - OTCP - Amélie Dupont

Comment ça éclaire, une ampoule ? Ça parle, les animaux ? Il y a quoi dans l’espace ? Pour répondre à ces questions, le Palais de la Découverte, centre scientifique et musée de vulgarisation, est doté d’outils ultramodernes réagissant en temps réel. Ces outils sont vivants, ce sont des scientifiques ! Ils réalisent des expériences spectaculaires autour des quatre thèmes (terre et univers, matière et énergie, mathématiques et le vivant) qui régissent expositions permanentes et temporaires. On voit “la science en train de se faire” et, au planétarium, on voyage à travers les astres.

4 Grand Palais

Le Grand Palais, Paris © OTCP - David Lefranc

Ce géant de pierre au décor fleuri, couronné d’une splendide verrière à charpente métallique, voit le jour pour l’Exposition universelle de 1900. Audace architecturale en son temps, le Grand Palais héberge dans l’une de ses ailes le palais de la Découverte, tandis que sa nef et ses galeries offrent un cadre de rêve… à des expositions de rêve comme Monumenta, la Fiac, des courses de saut hippique ou encore une fête foraine.

5 Petit Palais

Le Petit Palais, Paris © OTCP - David Lefranc

Comme son “Grand” voisin, le “Petit” Palais témoigne du faste éclectique de l’Exposition universelle de 1900. La grille d’entrée est un chef-d’oeuvre de ferronnerie. Puis, autour d’un jardin intérieur dans le goût oriental du XIXe siècle, le bâtiment alterne blancheur et marbre de couleur, moulures et guirlandes, plafonds peints, pavement de mosaïque et vitraux opales. Musée des Beaux Arts de la Ville depuis 1902, aujourd'hui entièrement restauré, il chemine avec charme et douceur de l’Antiquité à 1918 en confrontant peintures, sculptures et objets d’art. Y sont exposés, entre autres merveilles, des amphores grecques, des icônes orthodoxes, des ivoires gothiques, des madones italiennes, des toiles de Rubens, des porcelaines de Saxe et des vases en cristal soufflé.

6 Place de la Concorde

Grande roue, place de la Concorde, Paris © OTCP - Amélie Dupont

L’aménagement de la place Louis XV débute en 1755. Elle rompt avec la tradition des places royales fermées, afin de respecter la perspective des Tuileries. Les hôtels de la Marine et de Crillon soulignent l’axe de la statue du monarque… renversée au bout de trente ans. Car place de la Révolution, on guillotine : Louis XVI, Marie-Antoinette, Danton, Robespierre... Mais place de la Concorde, on se réconcilie. Louis-Philippe souhaite un monument apaisant passions révolutionnaires et royalistes. Ce sera l’obélisque, vieux de 3 300 ans, offert par le pacha d’Égypte. Érigé en 1836, ses 23 mètres et 230 tonnes de granit rose ont mis quatre ans à venir de Louxor ! Deux fontaines parées de sirènes et de poissons dorés rehaussent le décor gris, vert et or.