La balade Histoire de Paris

Arènes de Lutèce, rue Mouffetard, quartier latin, avenue de l'Opéra : une balade au cœur de l'histoire de Paris

Voici de quoi remonter le cours du temps en un seul jour dans les rues de Paris. Partez de l’antiquité romaine avec une visite aux Arènes de Lutèce. Si le temps le permet, n’hésitez pas à retrouver le Moyen Age avec le musée de Cluny en passant par la rue Mouffetard, la rue de la Montagne-Sainte-Geneviève et la rue des Ecoles qui longe la Sorbonne, la plus ancienne université d’Europe. Déjeunez au Quartier latin puis traversez la Seine jusqu’à la Sainte-Chapelle, splendeur de l’époque gothique. En passant par la pointe de l’île de la Cité et les quais, vous arrivez maintenant au Louvre, ancienne résidence des rois dont l’architecture parfaitement équilibrée vous plonge dans l’époque classique. Tout à côté, l’avenue de l’Opéra ouvre une de ces perspectives typiquement haussmanniennes et là, avec la ligne de métro Météor (14), filez en un éclair au nouveau quartier de la Bibliothèque nationale de France. Audace, démesure, élégance, vous êtes au cœur du Paris contemporain, prêts à dîner sur la Seine, juste en bas.

1 Musée du Louvre

Musée du Louvre, Paris © OTCP - David Lefranc - Ieoh Ming Peï

L'un des plus grands musées du monde, abritant la Joconde, le Radeau de la Méduse et la Vénus de Milo, le Louvre est avant tout le joyau des rois de France et autres empereurs et présidents de la République. De la sombre forteresse de la fin du XIIe siècle à la pyramide de verre de Ieoh Ming Pei, inaugurée en 1989, nombreux sont ceux qui y ont régné et tous ou presque y ont laissé une empreinte… Depuis la construction du palais des Tuileries, à quelques centaines de mètres, jusqu’à sa démolition en 1871, une succession d’agrandissements ont été entrepris afin de relier les deux résidences royales. Musée depuis 1793, le Louvre rassemble des oeuvres de l’art occidental du Moyen Âge à 1848, des civilisations antiques orientales, égyptiennes, grecques, étrusques et romaines qui l’ont précédé et influencé, des arts graphiques et des arts de l’islam.

2 Les iles de la Cité et Saint-Louis

Ile Saint Louis, Paris © OTCP - Amélie Dupont

Double berceau de Paris serti entre les bras de la Seine, ces voisines sont pourtant bien différentes. Sur l’île de la Cité, dans un tourbillon d’uniformes et de robes d’avocats, on va de sites en monuments : place Dauphine, Conciergerie, Sainte-Chapelle, Hôtel-Dieu, Notre-Dame… Le pont Saint-Louis marque une frontière, souvent franchie en musique, au-delà de laquelle s’étend la quiétude des somptueux hôtels particuliers. Refuge des artistes et des poètes, l’île Saint-Louis est aussi le havre des gourmets, à en juger par la profusion de restaurants, cafés, glaciers ou pâtissiers, qui alignent leurs devantures tentatrices rue Saint-Louis-en- l’Île.

3 Sainte-Chapelle

Sainte Chapelle, Paris © Thinkstock

Connue pour avoir abrité la Couronne d'Epines du Christ, la Sainte-Chapelle est parée de vitraux spectaculaires qui ressemblent à de véritables murs de lumière. Ils font de la Sainte-Chapelle le joyau du gothique français.

4 Musée du Moyen Âge – Thermes et hôtel de Cluny

Musée de Cluny - Le monde médiéval, Paris © Michel Denancé - Bernard Desmoulin

Depuis 1843, le musée national du Moyen Âge réunit deux merveilles architecturales : les thermes gallo-romains de la fin du IIe siècle et l’hôtel des abbés de Cluny, édifié au XVe siècle. Entre cour et jardin, le corps de logis et les ailes de l’hôtel annoncent le plan des siècles suivants. Mais dans l’entrelacement exubérant des courbes du fronton, le Moyen Âge resplendit… et plus encore à l’intérieur. Sculptures, orfèvrerie, peintures, céramiques, tapisseries, meubles et objets usuels y composent un tableau unique de l’art et de la société médiévale.

5 Quartier latin

Fontaine Saint-Michel, Paris © OTCP - Marc Verhille

Rive gauche, aux abords de l’université fondée au XIIe siècle, professeurs et élèves parlaient surtout latin. Cette tradition-là semble bien perdue mais le nom est resté. Autour de la Sorbonne, du Collège de France, des lycées prestigieux ou de la bibliothèque Sainte-Geneviève, gravitent encore librairies, éditeurs, cafés où l’on révise fiévreusement ses examens et minuscules cinémas d’art et d’essai. Certes, la fontaine Saint-Michel n’est plus le rendez-vous des seuls étudiants et beaucoup de commerces ont investi les lieux, mais le souvenir de maître Abélard et des pavés de Mai 68 flotte encore ici et là.

6 Arènes de Lutèce

Arènes de Lutèce, Paris © OTCP - Marc Bertrand

Au Ier ou IIe siècle de notre ère, jusqu’à 15 000 personnes pouvaient y tenir pour assister à des drames, des comédies, des joutes de gladiateurs ou des combats de fauves. Avec le forum et les thermes, les arènes constituaient le noyau de la cité gallo-romaine. Redécouvert en 1869, lors de la percée de la rue Monge, l’amphithéâtre restauré a rouvert ses gradins de pierre et sa piste à la vie de la ville : des matchs de foot s’y improvisent après l’école mais aussi des parties de pétanque et le farniente au soleil.

7 Rue Mouffetard et place de la Contrescarpe

Quartier Mouffetard, Paris © OTCP - Amélie Dupont

Dévaler la pente douce de la montagne Sainte-Geneviève en suivant la rue Mouffetard fait une charmante excursion en imagerie parisienne. Sur la petite place pavée de la Contrescarpe, les terrasses de restaurants et de cafés s’enroulent autour d’une fontaine de village. L’enseigne La Pomme de Pin, encore visible au n° 1, rappelle que l’endroit fut un haut lieu des cabarets. La rue Mouffetard débute là son tracé médiéval, autrefois passage obligé entre Lutèce et Rome, aujourd’hui étape des dînettes à petits prix et du peuple joyeux des pubs et des tavernes. Mais la bonne chère reprend peu à peu ses droits et, sous de nombreuses façades à mansardes, des vitrines de pains à l’ancienne et de gâteaux, des étals de charcuterie, des collines de fruits et légumes conduisent au petit marché, très animé, du bas de la rue et au clocher de l’église Saint-Médard.

8 La Sorbonne

La Sorbonne - Cour d'honneur, Paris

En 1253, une école fut créée à l'initiative de Louis IX pour 16 étudiants nécessiteux qui désiraient étudier la théologie. Elle devint la Sorbonne lorsque Robert de Sorbon, le confesseur du roi, lui donna son nom. Après 1885, la Sorbonne devint la plus importante université de France ; et, aujourd'hui, elle est toujours l'une des principales universités de Paris.

9 Rue des Ecoles

La Sorbonne - Cour d'honneur depuis la Chapelle, Paris

La rue des Ecoles longe la Sorbonne, plus ancienne université d’Europe, et le Collège de France. Cette artère a été percée en 1866 entre la rue du Cardinal Lemoine et la rue Jean de Beauvais. Très fréquentée par les étudiants, elle est située sur un ancien décumanus romain, axe routier est-ouest. Il faut s'arrêter au numéro 56 pour remarquer l'architecture haussmannienne avec notamment les macarons des fenêtres du 2e étage.

10 Bibliothèque Nationale de France, la culture en majesté

Bibliothèque Nationale de France © OTCP - David Lefranc

Direction le sud-est de la capitale dans le quartier Tolbiac, en plein cœur du 13e arrondissement. C’est là que se dresse, depuis 1995, la majestueuse Bibliothèque Nationale François Mitterrand, qui accueille une partie des collections de la Bibliothèque Nationale « historique », rue de Richelieu. Imaginée par l’architecte français Dominique Perrault, cette grande dame vient de fêter ses vingt ans en mars dernier. L’édifice s’inscrit dans une esthétique épurée et minimaliste, surfant sur la tendance du « less is more » (« Moins, c’est plus ») du célèbre architecte allemand Mies van der Rohe. Le bâtiment consiste en quatre tours d’angle qui ont la forme de livres ouverts : un joli clin d’œil pour une bibliothèque ! Le vide y joue également un rôle significatif : non protégés par des murs ou des grilles, les tours, qui donnent directement sur une esplanade accessible à tous sont à portée de main. Le vide de l’espace intérieur est occupé par un magnifique jardin. Suite à l’édification de la Bnf, un nouveau quartier parisien s’est développé tout autour, d’un côté et de l’autre de la Seine grâce à la passerelle Simone de Beauvoir (Feichtinger, 2006).