Paris vu par la chanteuse brésilienne Flavia Coelho

Rencontre avec Flavia Coelho, une chanteuse brésilienne installée à Paris depuis plusieurs années.

La chanteuse brésilienne Flavia Coelho © OTCP - DR

La chanteuse brésilienne Falvia Coelho monte en puissance avec "Mundo Meu", un second album épatant, qui sort des sentiers battus. Avant son premier Olympia, le 17 octobre prochain, l’artiste installée à Paris depuis 2006 nous livre son regard sur la capitale.

 

Flavia Coelho en concert

Le 17 octobre 2014 - 20h30 à l'Olympia

28 boulevard des Capucines, Paris 9e - Métro Opéra

 

Parisinfo.com : Votre première impression de Paris ?

Flavia Coelho : Assez onirique. Je suis venue une première fois en 2002 au sein d’un groupe, puis pour y poser mes valises en 2006.  Les deux fois, ce qui m’a enthousiasmée, c’était l’accueil réservé par la ville à la musique, la curiosité de ses habitants pour des sons venus d’ailleurs, du monde entier, leur intérêt pour les artistes.

 

Le lieu qui symbolise le mieux Paris ?

Vous allez me trouver "cliché", mais je dirais la tour Eiffel. J’y ai fait un soir le vœu que j’enregistrerai dans cette ville un album. Comme ce vœu a été exaucé, je ne jette jamais un œil à ce monument sans y penser !

 

Le premier conseil que vous donneriez à un ami étranger découvrant Paris ?

Marcher ! C’est le plus beau moyen de découvrir cette ville. J’ai marché des heures et des heures dans Paris sans jamais m’en lasser. Autre conseil : profiter de tout ce qu’offre gratuitement ou presque la ville, entre les cinés en plein air, les concerts, les expos, c’est extraordinaire tout ce qu’on peut y faire !

 

L’endroit de Paris où on ne se croirait pas à Paris ?

La Butte-aux-Cailles, avec son côté village, ou certains coins discrets du 5ème, près d’où j’habite, comme les Arènes de Lutèce.

 

Du coup, vous êtes plutôt Rive gauche que Rive droite ?...

Non, je trouve que les différences entre les deux rives ne sont pas aussi tranchées que ça. Et j’aime bien aller plus loin que les stéréotypes qu’on en a. C’est comme en musique, les clichés me poussent à creuser pour mieux les dépasser.

 

L’adresse parisienne où rester jusqu’au bout de la nuit ?

Il y en a plein ! Mais dans l’ensemble, j’aime bien sortir dans le quartier de la rue Oberkampf, j’ai l’impression que s’y retrouvent beaucoup de musiciens et qu’on peut se permettre plus de choses qu’ailleurs. Près du canal Saint-Martin, j’aime aussi des adresses comme le Comptoir Général ou le Cambodge, un de mes restaurants préférés à Paris.

 

Votre première mesure si vous étiez élue Maire de Paris ?

Nettoyer la Seine serait mon rêve. Sinon, organiser un pique-nique géant tous les mois, accessible vraiment à tous et populaire. Il faut démystifier certains lieux parisiens.

 

Le film qui vous évoque immédiatement Paris ?

"Midnight in Paris", de Woody Allen, parce qu’il réalise un fantasme, celui de vivre dans un Paris d’une autre époque, croiser des artistes qu’on aurait tous rêvé de rencontrer.

 

La phrase la plus drôle entendue dans un taxi parisien ?

"Paris n’est plus la même sans la clope" !

 

S’il fallait un mot pour résumer Paris ?

Dur de quitter Paris. Mais ma nature est de bouger, de me frotter à la nouveauté, alors un jour ou l’autre, c’est sûr, j’irais voir ailleurs…

 

 

Falvia Coelho, nouvel album "Mundo Meu" (Discograph), en tournée et concert à l’Olympia le 17 octobre 2014