Les amoureux célèbres de Paris

Serge Gainsbourg et Jane Birkin, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, Simone Signoret et Yves Montand... ils sont tous tombés amoureux à Paris

De nombreuses célébrités sont tombés amoureux à Paris, voici quelques couples phares qui ont fait de la capitale le lieu où leurs regards se sont croisés.

Victor Hugo et Juliette Drouet

Place des Vosges Automne

Tombé fou amoureux de la jeune comédienne Juliette Drouet lors d’une répétition de Lucrèce Borgia en 1833, Victor Hugo entame avec elle une relation passionnée qui durera 50 ans. Un demi siècle d’histoire fusionnelle qui amènera la comédienne à ne jamais vivre à plus de 500 mètres de son amant : Victor Hugo vit place des Vosges, Juliette Drouet emménage rue Sainte-Anastase ; il part pour la rue de la Tour-d’Auvergne, elle s’installe rue Rodier; il s’établit rue de la Rochefoucauld, elle choisit la rue Pigalle. La Maison Victor Hugo détient de nombreux témoins de leur histoire et quelques unes des 22 000 lettres écrites par Juliette Drouet à l’écrivain.

Serge Gainsbourg et Jane Birkin

En 1968, Jane Birkin habite à l’hôtel Esmeralda, à quelques pas de Notre-Dame, quand Serge Gainsbourg vient la chercher pour aller dîner chez Maxim’s. Loin de la convoiter, le chanteur se rend même à ce dîner pour améliorer leurs relations, plutôt mauvaises depuis le début d’un tournage sur lequel ils se sont rencontrés. Quand Jane descend le vieil escalier de bois, Serge tombe sous le charme de la jeune femme. Quelques heures plus tard, le premier baiser du couple a lieu sur le port de Montebello, devant Notre-Dame, et leurs dix ans de vie commune se dérouleront au 5 bis rue de Verneuil.

Simone Signoret et Yves Montand

Place Dauphine © Marc Bertrand

Le couple phare du cinéma a vécu de longues années dans une ancienne boutique appelée « la Roulotte », au 15 place Dauphine, où Yves Montand retrouvait la quiétude d’une placette provençale. La tranquillité du 1er arrondissement sera celui de plusieurs décennies de mariage : promenades au square du Vert-Galant, repas chez « Paul », un restaurant familial où ils retrouvent presque quotidiennement leurs amis de cinéma et de la chanson comme Serge Reggiani, Costa-Gavras, Luis Buñuel ou Jacques Brel, ou bien au « Caveau du Palais », adresse gastronomique réputée sur l’île de la Cité.

Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir

Automne Jardin du Luxembourg, Paris © Cécilia Lerouge

Deux brillants étudiants se rencontrent à la faculté de Lettres de Paris et à l’École de la rue d’Ulm. Il s’agit de Simone de Beauvoir et de Jean-Paul Sartre, tous deux reçus à l’agrégation de Lettres en 1929. Au bord de la fontaine Médicis du jardin du Luxembourg, le jeune couple échange sur leurs idéaux et tombent d’accord : leur mode de vie sera libre. Ils vivent ainsi à l’hôtel Mistral, rue de Cels, entre 1937 et 1939, mais dans des chambres séparées, idem à l’hôtel la Louisiane, rue de Seine, en 1943. Plus qu’un couple amoureux ils sont un duo incontournable du St-Germain-des-Prés de ces années : le café de Flore ou les Deux-Magots ont abrité de nombreux échanges entre artistes et intellectuels de l’époque, dont ils étaient les figures de proue. 

Olga et Picasso

Exposition Olga Picasso - Musée  national Picasso

Le peintre espagnol Pablo Picasso rencontre la danseuse de ballets russe Olga Khokhlova en 1917. Ils se marient l’année suivante en la cathédrale orthodoxe Saint-Alexandre-Nevsky, rue Daru, entourés de témoins comme Jean Cocteau, Guillaume Apollinaire ou Max Jacob, puis s’installent 23 rue de la Boétie. Source d’inspiration pour le peintre, les représentations d’Olga évoluent au fil de leur 17 ans de relation et selon l’art de Picasso. Le tableau Femme lisant est empreint de la douceur des premières années sous un tracé classique. Avec Danse, peint en 1925, Picasso dévoile les tensions de leur couple et l’influence du mouvement surréaliste. À partir des années 1930, Olga n’est plus figurée que comme une femme effrayante et tourmentée, elle qui avait abandonné sa carrière de ballerine pour un homme qui l’a progressivement délaissée.

Lucile et Camille Desmoulins

Jardin du Luxembourg au printemps © Studio TTG

L’avocat et journaliste Camille Desmoulins rencontre la famille de Lucile lors de promenades dans le jardin du Luxembourg. Quelques années plus tard il demande la main de Lucile, devenue adulte, son père refuse d’abord, puis accepte finalement le mariage en 1790. Ils s’unissent à l’église St-Sulpice et vivent rue du Théâtre Français (aujourd’hui 22 rue de l’Odéon) où s’écoule une vie conjugale heureuse en compagnie de leur fils Horace. Pour ses positions pendant la Révolution Française, Camille est emprisonné en mars 1794, puis guillotiné le 5 avril suivant, en même temps que Danton. L’exécution a lieu place de la Révolution (aujourd’hui place de la Concorde), son dernier mot est un hurlement : « Lucile ! »

Alain Delon et Romy Schneider

Alain Delon accueille à Orly en 1958 l’actrice allemande Romy Schneider avec qui il partagera bientôt l’affiche du film Christine, tourné dans les studios de Boulogne-Billancourt. Ils tombent amoureux pendant le tournage et sont bientôt surnommés « les fiancés de l’Europe ». Le jeune couple rayonnant habite dans un hôtel particulier au 22 avenue de Messine, où l’actrice découvre une jeunesse parisienne insouciante et avide de fêtes. Après cinq années de relation et au retour d’un voyage à l’étranger, Romy Schneider trouve sur la table de leur salon quelques roses rouges et une lettre de rupture, qui met fin à une histoire à la fois amoureuse et cinématographique.

Elsa Triolet et Louis Aragon

Maison Triolet - Aragon, moulin de Villeneuve, Paris © Colombe Clier - MCC

Les yeux des deux grands auteurs se croisent pour la première fois à la brasserie parisienne la Coupole, en 1928, dans un Montparnasse bouillonnant. Leur histoire commence le soir-même à l’hôtel Istria, rue Campagne-Première, où vit Elsa et où elle reçoit ses amis : Man Ray, Picabia, Duchamp… Dans le Paris d’entre-deux-guerres, les époux fascinent : poèmes, traductions, romans ou reportages engagés se succèdent à un rythme effréné et font du binôme des intellectuels phare de cette époque. Ils s’installent en 1951 au Moulin de Villeneuve, aujourd’hui Maison Elsa Triolet-Aragon, lieu d’intimité et d’inspiration pour le couple.